PAR JOANNIE BÉLISLE

 

Je ne suis pas du matin.

Plutôt un oiseau de nuit.

À l’envers.

 

Je vais me coucher sous ce ciel de barbe à papa,

tandis que d’autres y courent déjà.

 

J’ai observée, impuissante, ces derniers matins colorés qui font maintenant place à ce gris triste des levés automnales.

 

Je bois mon café en équilibre, à l’aurore du midi, là où le jour bascule déjà.

Je ne connais pas les heures de pointe du métro.

 

Je ne suis pas du matin.

Bonne nuit à ton chien, tes enfants, ton patron.

Bonne nuit à ton attirail de jogging.

Bonne nuit à ton complet cravate.

 

Mon sommeil sera paisible,

pendant que vous vous affairez.

Advertisements